Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 17:40


Je crois qu’il y a
 Quelque chose,
Dans le creux de ma main
Dans le creux de ma clavicule
 Quelque chose
Perce ma coquille
Caresse le grain de ma peau
 Quelque chose
Court le long de mon cou
Taquine mon cœur qui cogne
Traque un écho écarlate

 Quelque chose
Dans l’arcade sourcilière
Catapulte un éclair dans l’œil
 Quelque chose
Craque une allumette
Croque un feu de bois

 Quelque chose
Coule autour de mon corps
Comme une confidence
 Quelque chose
Calfeutre mes creux, mes cris
Contourne mes questionnements
Délicatement couchés dans du coton

 Quelque chose
Comme un coquelicot
Et toute sa couleur
Capture

Cou à cou, côte à côte, tout contre
Toi qui te cale en moi
On s’embarque
Une couture cristalline
Cavale entre nos cœurs
Je crois qu’il y a
 Quelque chose,
Un concret crédible
Non quelconque…

Repost 0
Published by mesesquisses
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 16:45

La souche

 

Nos racines
Immuables

Repère, borne et limite
Lit, nid et grotte
Cache, accroche, et  porche

Bouge, touche, va aux coeurs
Ailleurs
Ecoute, regarde
Autre part
Pars, apprends, sens
Les éléments,
L’humain,
Le temps.

Toutes les différences
Ont un même sens

un même fil

une vie


Enfin retourne à ta souche
Tes racines

Un instant
Réflechis

 

Si tu ne repars pas dans les ailleurs,

Songes-y


Et
Respecte
Les natures.

Repost 0
Published by mesesquisses
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 16:42

Elle se cache l’ouverture d’esprit
Elle se terre dans l’antre des oublis
Sous le lit de l’ennui
Sous le tapis des faignants
Dormant dans leur incompétence
Ronflant de connivences
Entre les dessous d’une nappe
Et ceux d’une chape de plomb.

Repost 0
Published by mesesquisses
commenter cet article
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 16:32

Parce qu’un murmure
Ça change du bruit partout qui nous prend en otage
Dans des idées d’images en cage
Un murmure ça apaise, ça dit sans arme
Ce qu’on pense au fond, ce que trace une larme
Ce que chuchote un sourire.
Caractère décalé d’un capharnaüm ambiant
A côté des discours pré mâchés, calculés
Ceux qui murmurent ne cherchent ni audience ni public
Ceux qui murmurent parlent à ceux qui ont envie d’écouter
Sans autre prétention que de dire à voix basse
Une pensée, un émoi, partager une tasse de mots
Infusés dans le temps que l’on met
A voir qu’on n’échange plus que du vent.

Repost 0
Published by mesesquisses
commenter cet article
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 21:36


Il faut songer sans retenue
Pour ne pas plonger tout à fait
Dans les méandres crus
De la lucidité.
Quand ce monde s’effrite
Agrippe au cou
Nous laissant démunis
Ecorchant nos espoirs
En usant nos élans
Et tout notre bon sens
Pour du sens commun
Si bien pré mâché.
Il faut songer sans retenue
Pour ne pas devenir tout à fait
Cyniques d’amertumes
Aux sens tracés d’illusions
Pour nos pieds enchaînés.
Borgne ou yeux bandés
D’attractions déterminées
Aux sens à peine cachés.
Il faut songer sans retenue
Et nourrir nos espoirs,
Les soigner, les guérir
Il faut songer au fond,
Au sens premier, le sens humain
Et vivre sans retenue
Vivre des liens.
Se tenir les songes
Comme on se tient les coudes
Et vivre,
Libres.
 

Repost 0
Published by mesesquisses
commenter cet article

Esquisses De Qui ?

  • Céline Gouel

Texte Libre

Quelqu’un de bien a dit « ce n’est pas le temps qui nous change, ce sont les gens et les événements qui nous rentrent dedans. »…
Parfois on se rentre vraiment dedans.
Après, tout dépend de l’impact,
Et du temps.