Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 juillet 2014 5 18 /07 /juillet /2014 14:42

Minuit passé, il faut se coucher

Parce que demain il faudra se lever

La cadence est réglée

Les heures cadrées

Mais mon corps tourne à l’envers

Du cadran hoquetant

De mon cerveau mongolfière

 

Quelque chose me tient en veille

Et je ne sais pas quoi

Il faut pourtant laisser le sommeil

Me bercer dans les rêves

Eparses de soif d’air


J’ai besoin d’une trêve

Un sas nocturne 

Où il n’y aurait que moi

Pour reprendre à l’espace

La place de penser

Libre de divaguer

Sur un temps qui délasse

Toute tension diurne


Ils dorment tous 

Et moi je pousse 

L’heure

Je prends ce qui reste de temps

Pour rassembler des petits bouts de moi

Eparpillés ça et là qu’ils n’ont même pas rangé

Avant d’aller se coucher

 

Je ne compte pas ce qu’ils prennent

Ca me plaît qu’ils me tiennent

A bout de souffle de leurs quelques bougies

Dont les flammes éclairent nos coeurs conquis

 

Toi, tu dors à côté, du repos du guerrier

Sage raison et bel abandon 

Qui même à sentir ma discrète échappée

Ne trouble pas de question ni de reproche déplacé

Mon besoin de marcher à minuit au salon.

 

C’est que quelque chose tient mes yeux 

A ce moment précieux

Un je ne sais quoi

De moi 

Respiré

Qui m’assure amusé

que je et je suis sont bien là.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Céline Gouel
commenter cet article

commentaires

Esquisses De Qui ?

  • Céline Gouel

Texte Libre

Quelqu’un de bien a dit « ce n’est pas le temps qui nous change, ce sont les gens et les événements qui nous rentrent dedans. »…
Parfois on se rentre vraiment dedans.
Après, tout dépend de l’impact,
Et du temps.